Projection du film «Horoya, les indépendances africaines» – Sunjata Koly prête son art au débat

13442184_10153848390078759_7611104749892708060_n

Retour presse internationale – Le quotidien la Voie (Côte d’Ivoire)

«Horoya, les indépendances africaines», film de Soumaila Sunjata Koly sur la colonisation, l’indépendance et de démocratie en Afrique, a été diffusé le jeudi 18 octobre 2012, à 20 h 30, au Cinéma Nestor Burma. Cette belle salle de cinéma située dans le quartier de Celleneuve de Montpellier a mis à sa disposition son grand écran.

La séance a été présentée, selon lui, par Patrick Bedos, programmateur du Cinéma. «J’ai été tellement ému par ses propos. La rencontre avait une portée particulière suite au discours de François Hollande au récent sommet de la Francophonie, à Kinshasa, et à la reconnaissance du massacre de 1961 des manifestants pacifiques qui réclamaient l’indépendance de l’Algérie», a confié via Internet Sunjata.

24 OCTOBRE 2012

Publicités

Revue de presse internationale

Retour presse sur un article paru en 2008 dans le Patriote (journal de Côte d’Ivoire) sur mon film Colonialisme.

CINÉMA : SOUMAÏLA KOLY SIGNE COLONIALISME – LA FRANCE D’AUJOURD’HUI SE REMÉMORE

39141771_10155990457898759_3090227968744620032_n

Il est le fils d’un célèbre comédien, dramaturge et metteur en scène : Souleymane Koly, le père de l’ensemble Kotéba. Mais, lui a choisi de se faire un nom, pardon un prénom dans le monde de la musique et du cinéma. Soumaïla Koly, c’est son nom, a commencé par émerger comme rappeur, sous le pseudonyme Sunjata . Après trois albums hip hop ( Rédemption 1997, Liste Noire 1999, Identités 2005), il se révèle ensuite comme réalisateur. Colonialisme , sa dernière réalisation, qu’il a écrite et produite, poursuit le débat sur la colonisation dans la France d’aujourd’hui, qui, pour rappel, a resurgi à la faveur de la polémique autour de l’article 4 de loi du 23 février 2005 portant sur les bienfaits de la colonisation. En 52 minutes, ce doc donne, à travers une galerie de portraits contemporains, la parole aux jeunes français d’origines diverses qui se prononcent, selon leur sensibilité, sur le passé colonial. Colonialisme se veut également une tribune citoyenne où des visages bien connus et respectés, notamment la députée de Guyane Christiane Taubira ou encore l’écrivain Alain Mabanckou, jettent un regard analytique sur la colonisation. Histoire d’interpeller les consciences sur la nécessité de construire une réelle mémoire sur le colonialisme. Avant Colonialisme , Soumaïla Koly Sunjata avait déjà réalisé un court métrage, Gaou (2002) et un long métrage documentaire, Identités (2004). Pour mémoire, Colonialisme a été il y a deux ans, en sélection officielle au festival international du Film d’Amiens et aux Journées Cinématographiques de Carthage (Tunisie).
YS